Les compétitions de jeux vidéo pourraient devenir des sports olympiques

Edouard Beros

Les compétitions de jeux vidéo pourraient devenir des sports olympiques

L’ancien entraîneur de l’équipe nationale italienne masculine de volley-ball , Mauro Berruto : « Il n’y a pas lieu d’avoir des préjugés ».

Une compétition de jeu vidéo peut-elle être mise sur le même plan qu’un championnat de football ou un tournoi de volley-ball ? La question a atteint le Parlement, où les experts ont été entendus lors d’auditions par les commissions mixtes Culture et Travail de la Chambre. Le projet de résolution concernant l’introduction d’une discipline e-sport est sur la table. « Le secteur – a expliqué Luigi Caputo, fondateur de l’Observatoire italien de l’Esports – souffre d’un manque de définitions et cela influence son développement. Il manque, par exemple, diverses définitions de ce qu’est un joueur professionnel ou une compétition de jeux vidéo. Ceux qui veulent « Investir dans ce secteur en Italie pose des problèmes pratiques. Il n’y a aucune sécurité dans l’investissement. Un règlement sur l’e-sport qui établit certains principes clés, en partie contenus dans la résolution présentée, permettrait au moins l’établissement d’un périmètre de jeu. » Le député du Parti démocrate Mauro Berruto, directeur national des sports du secrétariat d’Elly Schlein et ancien entraîneur de l’équipe nationale masculine de volley-ball, soutient la validité de l’utilisation compétitive des jeux vidéo.

« Comme prévu – explique Berruto à myEurop.info – ​​il y a actuellement un débat très ouvert : nous évaluons s’il faut ou non considérer cette activité comme un sport à tous égards. Il y a une proposition du CIO qui est tout sauf provocateur (Comité International Olympique) pour qu’à l’avenir, les sports électroniques soient également inclus dans les Jeux Olympiques. Nous parlons d’un chiffre d’affaires qui dans le reste du monde atteint des chiffres incroyables ; en Italie, en ce moment, nous sommes toujours sur des chiffres modestes, on parle d’une quarantaine de millions d’euros par an ».

Vous devez activer javascript pour lire la vidéo.

Y a-t-il aussi un public potentiel selon vous ?

« Absolument. Je me souviens très bien, il y a quelques années, de la finale d’un championnat du monde d’un jeu vidéo appelé League of Legends. Des millions d’utilisateurs connectés en ligne ont regardé le défi entre les deux joueurs professionnels, qui était cependant également projeté sur un écran géant. écran du stade olympique de Séoul. L’installation était complète, il y avait plus de monde que lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de 1988. Lorsque nous parlons d’e-sport, nous ne devons pas seulement penser à ces jeux vidéo qui imitent le sport. des disciplines comme le football, le volley-ball, le tennis ou autres, mais aussi des combats dans des lieux imaginaires comme cela se produit précisément dans le titre chanceux que j’ai évoqué« .

Elle vient d’un monde de sport fait d’effort, de sueur et de travail d’équipe. Tout cela ne vous semble-t-il pas aliénant ?

« De nombreux amateurs de sport, si vous me donnez ce terme, font évidemment le nez et soutiennent cette thèse. Ils se demandent comment il est possible d’appeler le sport une activité qui est fondamentalement un fait mental qui nécessite de la concentration et a un impact physique minimal. réfléchissez à ce sujet je pense que je suis un peu plus ouvert, je réponds de manière provocatrice que par exemple le fusil, discipline qui a apporté d’énormes résultats et honneurs au sport italien, est pratiqué par des athlètes maintenus debout par une combinaison composée d’un exosquelette , dont ils portent des lunettes qui sont pratiquement des œillères et visent des objets millimétriques. Ils font équipe jusqu’à huit heures par jour pour faire cela et je ne vois pas beaucoup de différence par rapport à ceux qui pratiquent l’e-sport. »

Comment imaginez-vous les disciplines olympiques basées sur les jeux vidéo ?

« Il existe déjà des programmes télévisés dans lesquels des joueurs participent à des jeux vidéo célèbres simulant le football. Et il y a des commentateurs, des journalistes et tout ce qui est aussi dans la réalité. Sur ce front également, comme dans d’autres domaines, l’Arabie saoudite met tout en œuvre pour chapeau sur ces disciplines en organisant des championnats chez nous. Ce sont des compétitions qui ont des prix monstrueux, on parle de millions d’euros. Il est clair que tout cela nous présente une nécessité d’un point de vue réglementaire, car nous risquons de un autre paradoxe généré par un vide. Je vais vous donner un exemple pratique : Jannik Sinner, jusqu’à l’entrée en vigueur de la loi réformant le travail sportif en juillet 2023, est amateur pour l’Italie malgré le fait qu’il gagne aussi des millions d’euros ; comme je suis joueur amateur de volley-ball et d’autres disciplines« .

Lire aussi  Cette fonction cachée de votre mobile permet d’envoyer votre localisation par SMS en cas de danger

Sur quoi le Parlement devrait-il légiférer ?

« Il faut d’abord donner la possibilité de développer un volume économique car dans la chaîne d’approvisionnement des jeux électroniques il y a des producteurs, des scénaristes, des programmeurs de logiciels. Et puis il faut des règles pour les joueurs professionnels, qui sont souvent mineurs et ont des structures autour eux qui sont absolument équivalents au staff des équipes sportives : il y a le psychologue, le préparateur mental, le préparateur physique, le nutritionniste ; de vraies équipes. C’est un potentiel qui pourrait développer un chiffre d’affaires énorme. Dans d’autres pays comme la France, mais également le petit Saint-Marin, des règles ad hoc sont à l’étude. »

Bref, sera-t-il possible à l’avenir de courir le marathon de New York depuis son salon ?

« Je pense qu’en maintenant une approche très laïque, l’e-sport et le sport physique pourront cohabiter, car l’un n’exclut pas l’autre. Evidemment si vous me demandez, qui a passé 30 ans à pratiquer un sport extrêmement physique, c’est Il est évident que je préfère personnellement cela, mais je n’ai aucun préjugé envers les disciplines qui nécessitent un effort purement mental. »

Partagez avec un ami :

Laisser un commentaire