Connexion

Syndicate content

La Manche, cet Everest entre la Grande Bretagne et la France

lundi, 9 septembre, 2013 - 14:53

Revue du web Ils sont chaque année plus nombreux à se lancer le défi et tenter l'impossible: traverser la Manche à la nage. Une dizaine d'heures d'effort et de lutte contre le froid. Seul un sur cinq y parvient. Le Spiegel a suivi l'un d'entre eux.

Il faut vaincre le courant, le mal de mer, les méduses, le sel. Il faut résister surtout à ce froid lancinant qui épuise lentement mais sûrement. La traversée se fait en maillot de bain: les combinaisons sont interdites à celui qui veut que son exploit soit homologué. Chaque année, de plus en plus d'intrépides se jettent dans l'eau à 16 degrés de la Manche, avec pour idée fixe de la traverser.

Devenir le premier Suisse à réaliser l'exploit

Ce jour là c'est un jeune homme de 24 ans que suit le journaliste du quotidien allemand le Spiegel. Cet homme qui nage est Suisse: s'il réussit, il sera d'ailleurs le premier helvète à conquérir le Channel. Ils sont près de 300 à tenter comme lui la Manche à la nage. Seul un sur cinq y parvient, rappelle le Spiegel, une vraie quête du Graal:

Le Channel est aux nageurs de fond ce que l'Everest est aux alpinistes: la plus grande légende que peut leur offrir leur sport."

Accompagné d'un bateau de pêche, notre courageux Suisse crawlera une dizaine d'heures, dans une eau à 16 degrés. Les règles sont strictes, édictées par les deux associations qui encadrent les traversées de la Manche à la nage. Un maillot de bain et des lunettes pour seul équipement, pas le droit de toucher le bateau accompagnateur ni même la main ou le bras d'une personne à son bord. Autrement, c'est la disqualification: il faudra sortir de l'eau. Un inspecteur sur le bateau veille au grain. Il note aussi les temps aux points de passage.

Faire du gras contre le froid

Sur le Rowenta, le bateau de pêche, le coach du jeune Suisse est assis sur une chaise de pêcheur verte. Toutes les 40 minutes, il jette à son protégé un sac plastique. Du Coca et une tartine de Nutella, indispensable recharge énergétique pour qui ne veut pas sombrer. Le nageur se met alors sur le dos, fait la planche et mange et boit. Puis repart vite car le froid guette.

La traversée est risquée. Pas tant à cause des ferries, porte-containers et autres supertankers qui croisent dans le détroit le plus fréquenté au monde. Ceux là voient les nageurs et leur bateau de loin, et les évitent aisément. Aucun accident n'a d'ailleurs jamais été recensé. Non, l'ennemi ultime c'est le froid.

C'est lui qui provoque le plus d'abandons. Il accélère les crampes, ronge les forces, paralyse les muscles, en commençant par les extrémités. Beaucoup abandonnent car avec le froid, impossible d'uriner. Les douleurs de vessie deviennent alors insupportables, jusqu'à jeter l'éponge. Seul antidote, faire du gras, qui fait barrage au froid. Les femmes, naturellement plus dotées en graisse, souffrent d'ailleurs moins. Un maigre n'a aucune chance, notent les spécialistes.

"C'est un purgatoire. Quand vous l'avez fait, vous n'êtes plus la même personne", explique au Spiegel Kevin Murphy, 34 traversées et une crise cardiaque au compteur.

Traversée à sens unique

Pour écarter les nageurs du dimanche, la traversée est précédée d'un test: le candidat doit nager 6 heures de suite dans une eau à 16 degrés maximum. Pourtant, même les plus entrainés peuvent défaillir. En juillet dernier, une Britannique est morte à quelques kilomètres de l'arrivée. Hypothermie, déshydratation ou crise cardiaque. Au total, 8 personnes sont mortes en tentant de traverser. Le détroit fait 33 km de large dans sa partie la plus étroite. Mais à la nage, il faut parcourir plus d'une quarantaine de km, car les courants obligent à une trajectoire en S.

La traversée n'est possible que dans un sens: depuis la Grande Bretagne et vers la France. Les gardes côtes français ont en effet interdit les traversées depuis les côtes françaises, c'est trop dangereux disent-ils. Ils acceptent cependant les arrivées des nageurs. C'est bien le moins!

A la fin 2012, 1.314 nageurs ont réussi la traversée de la Manche à la nage. La saison 2013 touche à sa fin et aura bientôt fini de déposer sur les plages françaises, dans une dernière vague, une nouvelle fournée de ces curieux et anonymes héros.




Pays