Syndicate content

L’Asie ne veut plus être la poubelle de l’Europe et du monde

vendredi, 31 mai, 2019 - 10:05

Seulement 9% du plastique produit est recyclé et les pays développés exportent leurs déchets dans des pays qui manquent de structures de recyclage. Ces pays riches, ceux d'Europe et les Etats-Unis, pourraient se trouver avec 11 millions de tonnes de plastique sur les bras.

Le Fonds mondial pour la nature (WWF) estime que 300 millions de tonnes de plastique sont produites chaque année. Entre 1950 et 2015, seulement 9% de ces déchets ont été recyclés. Le reste envahit les décharges et les océans. L’Union européenne exporte la moitié de ses plastiques collectés et triés, dont 85% vers la Chine. Mais, depuis le 1er janvier 2018, le géant asiatique refuse 24 catégories de déchets solides, dont certains plastiques, papiers et textiles.

Le marché s’est depuis déployé vers la Malaisie et d’autres pays d’Asie du sud-Est, ce qui a entraîné une multiplication du nombre des usines de retraitement qui ne répondent pas aux normes écologiques. Les importations de plastique par la Malaisie ont triplé depuis 2016 pour atteindre 870.000 tonnes l’an passé. Or, depuis ce 28 mai, la Malaisie a décidé de suivre l’exemple chinois. “La Malaisie ne sera pas la décharge du monde” a déclaré Yeo Bee Yin, la ministre chargée de l’énergie, de l’environnement et des sciences.

Retour à l’envoyeur

Port Klang, le principal port de Malaisie, est particulièrement concerné. Plus de 120 conteneurs ont été inspectés et une soixantaine, représentant 3000 tonnes de déchets, seront renvoyés en Espagne, en Australie, aux États-Unis, au Canada, en Arabie saoudite, au Japon, en Chine et au Bangladesh. La Thaïlande et le Vietnam prennent les mêmes dispositions.

En Chine, les exportations de plastique ont chuté de 600.000 tonnes par mois en 2016 à 30.000 tonnes par mois en 2018, selon Greenpeace et l’Alliance globale pour les alternatives à l’incinération (GAIA). Mais le marché s’adapte rapidement et les flux sont souvent redirigés vers des pays moins régularisés comme l’Indonésie et la Turquie. L’Afrique subit aussi un lourd tribut.

 


Mots clés
, ,
Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays