Pourquoi l’Europe pourrait finalement sauver les voitures à essence ?

Edouard Beros

Pourquoi l'Europe pourrait sauver les voitures à essence

La loi votée l’année dernière établit, à partir de 2035, une interdiction de vente de véhicules à moteur thermique. Cependant, les sondages et les lobbies industriels font changer d’avis les dirigeants bruxellois. Alors que les écologistes réclament davantage de subventions à l’électricité.

2023 pourrait entrer dans l’histoire comme l’année où l’Europe a décidé de dire adieu aux voitures essence et diesel, en interdisant la vente de véhicules classiques à moteur thermique à partir de 2035. 2024, cependant, pourrait voler la vedette à son prédécesseur, en devenant l’année où les petites voitures et camionnettes à combustible fossile renaîtront de leurs cendres. Oui, car si les prochaines élections européennes de juin devaient confirmer l’avancée de la droite et le retranchement des écologistes, l’interdiction des voitures essence et diesel pourrait être reportée, voire annulée.

Dans une enquête récente menée en Allemagne, en France et en Pologne, une telle interdiction est considérée comme la mesure climatique la moins populaire de l’UE. Les constructeurs automobiles européens ont du mal à produire des véhicules électriques à des prix compétitifs par rapport aux prix chinois, et les ventes de voitures à batterie sont lentes. Sous la pression des sondages et des lobbies industriels, les hommes politiques, notamment de centre-droit, commencent à prendre leurs distances par rapport à ce pour quoi ils ont voté il y a à peine un an. Le PPE, principal parti européen, a appelé à l’abrogation de l’arrêt, malgré la proposition avancée par la Commission européenne d’Ursula von der Leyen, la même que celle que le PPE souhaite désormais à Bruxelles pour un second mandat.

Lire aussi  "La transition verte aura des coûts, il faut dire la vérité aux gens"

La présidente de l’exécutif européen n’a pas abordé le fond, mais le jour où elle a présenté sa candidature aux élections européennes, elle a souligné que dans le règlement qui introduit l’interdiction, il y a une sorte de clause d’urgence : en 2026, les règles peuvent être révisé si la transition vers l’électrique entraîne des problèmes économiques et sociaux, avec des risques pour l’industrie automobile européenne et ses travailleurs. Une éventualité contre laquelle les écologistes ont commencé à élever la voix.

« L’élimination des moteurs à combustion est la politique automobile la plus importante pour atteindre l’objectif climatique de l’UE à l’horizon 2040 », a déclaré Lucien Mathieu, responsable du transport automobile pour l’ONG environnementale Transport and Environment (T&E). L’ONG a récemment publié un plan d’action dans lequel elle propose d’encourager la vente de voitures électriques d’ici 2030 et de convertir les vieilles voitures à combustion interne en voitures à énergie propre d’ici 2050. Eurobat, le lobby de l’industrie des batteries, a également appelé à « des crédits d’impôt, des subventions ou des aides financières ». des avantages qui rendent les véhicules électriques plus rentables » pour rendre possible un passage massif à l’électrique.

Certains pays membres s’y opposent cependant. Sachant qu’à partir de 2030 les nouvelles voitures devront émettre 55 % de CO2 en moins par rapport à 2021, des pays comme l’Allemagne et l’Italie (et des constructeurs automobiles comme Porsche et Ferrari) ont proposé des alternatives plus faciles à mettre en œuvre à court terme que l’électrique. Les deux pays membres ont obtenu une dérogation des institutions européennes qui permettra l’utilisation de carburants synthétiques (e-fuels), c’est-à-dire des carburants traditionnels produits à partir d’énergies renouvelables. Von der Leyen a également appelé à une « ouverture » vers d’autres technologies propres (impliquant des solutions telles que les carburants synthétiques).

Lire aussi  FinnAir : Cette compagnie aérienne pèse les passagers (ainsi que les bagages).

Les partisans (principalement de droite et certains lobbies automobiles) voient ces carburants comme une alternative propre et plus viable à l’électrique. Produit à partir du Co2 « capté » de l’atmosphère, certains pensent que cela suffit à équilibrer le Co2 rejeté dans l’atmosphère. Les sceptiques (gauchistes et groupes environnementaux) émettent des doutes sur le caractère réellement propre de cette énergie et sur les coûts élevés nécessaires à sa production. « Les carburants synthétiques sont plus chers et inefficaces que les autres options et ne sont donc pas nécessaires pour réduire les émissions de CO2 des voitures existantes », réitère T&E.

Laisser un commentaire