L’UE est prête à fermer les gazoducs russes, mais reste dépendante du GNL de Moscou

Edouard Beros

L'UE est prête à fermer les gazoducs russes, mais reste dépendante du GNL de Moscou

Le contrat pour les fournitures arrivant par l’Ukraine expire à la fin de l’année, Bruxelles : « Nous n’avons aucun intérêt à le prolonger ». Mais les importations de gaz sont stables à 18 milliards de mètres cubes

L’Union européenne est prête à fermer définitivement les gazoducs en provenance de Russie, même si cela ne signifie pas un adieu complet au gaz de Moscou, qui continuera à arriver sous forme liquéfiée sous forme de GNL. « L’UE n’a aucun intérêt à prolonger l’accord » de transit du gaz russe via l’Ukraine signé avec Moscou et Kiev en 2019 et qui expire le 31 décembre. C’est ce qu’a déclaré la commissaire européenne à l’énergie, Kadri Simson, lors d’une conférence de presse à la fin de la réunion du Conseil de l’UE sur ce sujet. « Les importations de gaz de Russie vers l’UE ont diminué de 71% depuis 2021, en 2023 elles n’ont contribué qu’à 15% des importations totales contre 24% en 2022″, a affirmé l’homme politique estonien, soulignant qu' »après deux ans » de programme « RePowerEu il existe des résultats et un réseau diversifié d’alternatives », et grâce à cela, les prix du gaz dans l’UE « ont également considérablement baissé ».

Après la fermeture du Nord Stream, dont les flux ont été interrompus par Moscou en 2022 pour des raisons techniques, puis définitivement arrêtés après le sabotage de septembre de la même année, les pays européens ont continué à recevoir des hydrocarbures russes tant par le gazoduc qui traverse l’Ukraine, tant comme le GNL. « Les importations de GNL de Russie sont restées stables à 18 milliards de mètres cubes. J’ai réitéré au Conseil que nous ne pouvons pas permettre à la Russie de compenser avec du GNL certains volumes qu’elle a unilatéralement coupés du gaz par gazoduc », a déploré Simson, conscient que les adieux l’accès au gaz russe est encore loin. « Pour interdire légalement le GNL russe, il faut l’unanimité. Et des interventions, au moins une, il est ressorti qu’il n’y en a pas pour le moment », a expliqué Tinne Van der Straeten, ministre de l’Energie de la Belgique, pays qui assure la présidence tournante du GNL russe. UE.

Lire aussi  Salaire de 1500 : combien au chômage ?

Parmi les États membres, beaucoup restent dépendants des hydrocarbures russes, notamment l’Autriche, et n’ont pas encore réussi à trouver des approvisionnements alternatifs. C’est pourquoi, lors du Conseil de l’énergie de l’UE, les Vingt-Sept ont décidé de continuer à plaider en faveur d’une réduction de la consommation. Les gouvernements sont parvenus à un accord pour prolonger d’un an, jusqu’au 31 mars 2025, l’engagement de tenter d’atteindre une réduction d’au moins 15 % par rapport à la consommation moyenne au cours de la période du 1er avril 2017 au 31 mars 2022. a été adopté comme outil d’urgence en 2022, en réponse à la crise énergétique provoquée par l’invasion de l’Ukraine par la Russie par Vladimir Poutine. En mars 2023, il a été prolongé jusqu’à la fin mars de cette année, afin d’assurer la continuité de la sécurité d’approvisionnement et de contenir la volatilité des prix, et il y aura maintenant la deuxième prolongation.

Malgré l’amélioration générale de la situation de l’approvisionnement, selon les derniers rapports de la Commission, la situation sur les marchés mondiaux du gaz reste tendue. « Nous avons parcouru un long chemin depuis 2022 en prenant des mesures coordonnées au sein de l’UE et en répondant rapidement à la crise énergétique provoquée par la guerre d’agression de la Russie contre l’Ukraine. L’accord politique conclu aujourd’hui démontre notre détermination à rester préparés à toute rupture d’approvisionnement et à garantir un hiver sûr à nos citoyens et à nos industries », a déclaré le Ministre belge der Straeten. L’homme politique a également expliqué que « les stockages de gaz de l’UE sont pleins à 62 % de leur capacité », mais a ajouté que malgré cela, les États membres s’accordent sur le fait que les marchés restent vulnérables aux chocs inattendus.

Lire aussi  1790 brut en net : Combien ça fait ?

Laisser un commentaire