Neuralink publie pour la première fois une vidéo d’un homme avec une puce dans le cerveau

Edouard Beros

jouer aux échecs avec jetons

L’homme de 29 ans, tétraplégique après un accident, parle des possibilités qui s’offrent à lui grâce à la start-up controversée du milliardaire Elon Musk

En février, Elon Musk annonçait que le premier patient à se faire implanter une puce dans le cerveau était capable de contrôler une souris avec son esprit. Maintenant, ce patient a un visage et une humanité, et il est indéniable que son apparition en vidéo – sur le profil « X » de Neuralink – amène le monde à considérer plus favorablement l’idée de puces connectées directement à l’esprit des gens. De plus, l’objectif déclaré de la start-up de neurotechnologie de Musk est lié à l’utilisation médico-rééducative de puces, qui permettraient de restaurer des capacités perdues telles que la vision, la fonction motrice ou le langage. Avec Noland Arbaugh – c’est le nom du premier patient à qui on a implanté une puce cérébrale – l’utilisation de la rééducation semble avoir donné des résultats passionnants.

Dans la vidéo, l’homme de 29 ans raconte qu’il est devenu tétraplégique après un accident de voiture et que, grâce à la puce, il peut désormais exercer plus facilement ses loisirs malgré sa mobilité extrêmement limitée. Il peut prendre des cours de japonais, jouer à des jeux vidéo et aux échecs, explique-t-il en décrivant comment il peut déplacer le curseur sur l’écran pendant que l’implant traduit son intention.

jouer aux échecs avec jetons

« Je suis paralysé sous les épaules, je n’ai aucune sensation de mouvement en dessous. » Mais, grâce à la puce, il peut réaliser des activités qui, malgré leur simplicité, lui sont refusées depuis des années. « C’est fou », dit le joueur de 29 ans. « Bien sûr, il y a un long chemin à parcourir, mais cela a déjà changé ma vie et je pense que cela la changera pour d’autres personnes. »

Lire aussi  Les lunettes intelligentes d'Apple seront équipées de caméras pour identifier les objets environnants

Une interface cerveau-ordinateur

Neuralink a annoncé il y a quelques mois avoir commencé à recruter des volontaires pour un essai clinique visant à tester son appareil, une « interface cerveau-ordinateur » permettant de capter l’activité électrique des neurones et de convertir ces signaux en commandes permettant de contrôler un appareil externe. En janvier, l’annonce officielle est venue d’Elon Musk : « Neuralink a installé son premier implant cérébral chez un être humain, avec des premiers résultats prometteurs ». L’ambition toujours affichée est justement la possibilité d’intervenir sur des troubles neurologiques comme la SLA ou la maladie de Parkinson et peut-être un jour créer une relation symbiotique entre l’homme et l’intelligence artificielle.

Laisser un commentaire