Une erreur dans Excel a coûté 86 millions à la Norvège

Edouard Beros

Une erreur dans Excel a coûté 86 millions à la Norvège

Le fonds souverain norvégien a enregistré la plus grande perte d’exploitation accidentelle de son histoire en raison d’une date incorrecte saisie manuellement par un employé.

À l’ère du numérique, même une erreur informatique mineure peut s’avérer très coûteuse. Le fonds souverain norvégien en sait quelque chose et, en raison d’une incohérence dans le calcul d’un indice de référence, a vu brûler 980 millions de couronnes (environ 86 millions d’euros) en un instant.

Comme le rapporte le journal britannique Temps Financierla gestion des investissements de la Norges Bank (Nbim), qui gère le fonds (qui est le « plus riche » au monde, avec environ 1.400 milliards d’euros d’actifs), a remarqué l’erreur dans la composition de l’indice de référence il y a un an, en février. 2023.

Ce n’était certainement pas la première fois que du capital était perdu « par erreur », mais il s’agissait sans doute de la pire perte opérationnelle accidentelle (comme on appelle dans le jargon technique les erreurs qui conduisent à une réduction nominale du capital) : près du double de celles accumulées dans le décennie 2010-2020.

Selon la reconstitution du FT, qui reprend une enquête interne de Nbim, l’erreur en question aurait été en soi assez insignifiante, mais elle a eu des conséquences que son auteur lui-même aurait définies comme « impardonnables ».

En fait, une mauvaise date a été saisie dans le calcul de référence du ministère des Finances, qui est mis à jour manuellement sur une feuille Excel : le 1er décembre au lieu du 1er novembre. Aucun autre détail n’a toutefois été fourni sur la manière précise dont une telle surveillance aurait ainsi compromis l’information.

Lire aussi  "Continuez à faire des affaires avec la Russie, c'est comme ça que vous financez la guerre" : la dure accusation de Mykhailo Podolyak contre l'UE

Quelques mois plus tard, suite au rapport émanant directement du ministère d’Oslo, l’erreur a été portée à la connaissance des plus hauts niveaux de Nbim, et elle semble avoir fait se sentir « physiquement malade » le responsable du suivi des risques de l’entreprise, Patrick du Plessis.

En janvier dernier, lors d’une conférence, le PDG du fonds, Nicolai Tangen, avait tenté de minimiser l’incident. Bien sûr, les dégâts étaient là et même pas négligeables.

Mais Tangen, comme il l’avait fait à l’époque dans sa correspondance privée avec les membres de l’entreprise directement impliqués dans le crime, a tenu à souligner que « ce sont des choses qui arrivent » dans la gestion d’opérations complexes comme celles auxquelles est confronté Nbim, et qu’il valait la peine d’être fier du fait que c’était la première fois qu’un tel épisode se produisait. «Ne laissez pas cela gâcher votre week-end», écrivait-il à l’époque dans un courriel adressé à ses collègues.

Partagez avec un ami :

Laisser un commentaire