"Nous allons nous battre et gagner"que se cache-t-il derrière le message inquiétant du président serbe Vucic

Edouard Beros

"Nous allons nous battre et gagner"que se cache-t-il derrière le message inquiétant du président serbe Vucic

Le message est aussi vague qu’inquiétant : « En ce moment, il n’est pas facile de dire quel genre de nouvelles nous avons reçues au cours des dernières 48 heures. Elles menacent directement les intérêts nationaux vitaux de la Serbie et de la Srpska. » Le président serbe Aleksandar Vučić l’a écrit sur son compte Instagram. Vučić a ajouté : « Dans les prochains jours, je présenterai au peuple serbe tous les défis qui nous attendent. Ce sera dur, le plus dur jusqu’à présent. Nous nous battrons et la Serbie gagnera. » Le message, manquant de clarté, donne lieu à de multiples déductions.

Les propos du président serbe doivent être replacés dans une période extrêmement complexe, qui concerne les pays voisins : d’un côté le Kosovo et de l’autre la Bosnie-Herzégovine. Dans les deux Etats, il existe des zones où la population d’origine serbe constitue la majorité des citoyens et Belgrade n’a jamais cessé de revendiquer sa volonté de réunification avec ces territoires. Si cette option devait se concrétiser, de nouveaux scénarios de conflit s’ouvriraient dans les Balkans. Une éventualité que l’Italie veut éviter, compte tenu de sa proximité géographique avec cette zone du continent européen.

La tension constante au Kosovo

L’année dernière a été surtout marquée par des tensions entre la Serbie et le Kosovo, avec une grave attaque au cours de laquelle des soldats de l’OTAN ont également été blessés et l’entrée de paramilitaires en provenance de Serbie, avec un échange de tirs au cours duquel un policier kosovar a été tué. Au cours des dix derniers jours, deux séances de négociations sous la médiation de l’UE se sont tenues à Bruxelles, centrées sur les conséquences de l’interdiction du dinar serbe au Kosovo, sans toutefois parvenir à un accord sur la manière de résoudre les problèmes du des milliers de Serbes auxquels ils n’atteignent plus les salaires et les pensions payés en dinars directement depuis Belgrade. Un nouveau cycle de négociations est prévu le 4 avril. Belgrade est dans le même temps mobilisée contre un éventuel premier oui du Conseil de l’Europe à l’admission du Kosovo. Il s’agit d’une décision, pour les dirigeants serbes, qui violerait le droit international et le statut de l’organisation paneuropéenne, étant donné que, pour Belgrade, le Kosovo n’est ni un État souverain ni un membre des Nations Unies, mais un territoire appartenant à Serbie.

La sécession de la Republika Srpska

Cependant, le message d’aujourd’hui du président Vučić, réélu au milieu de la controverse en décembre dernier, fait plutôt référence au vent de sécession qui souffle de la Repubblica Srpska, l’une des deux entités de Bosnie-Herzégovine. La population de la Republika Srpska compte 1,2 million d’habitants, pour la plupart des Serbes chrétiens orthodoxes. L’autre entité est la Fédération de Bosnie-Herzégovine, dont la majorité est composée de Bosniaques et de Croates. Depuis début 2024, le président de la Republika Srpska, Milorad Dodik, a multiplié les menaces de sécession de la Bosnie, suscitant l’inquiétude internationale.

La République de Srpska et la Bosnie

L’objectif de Dodik est de « déclarer la pleine indépendance » des territoires contrôlés par les Serbes si les démocraties occidentales tentaient d’intervenir dans les institutions du pays. Ces dernières semaines, ouvrant les travaux de la session extraordinaire du parlement local de Banja Luka, le leader nationaliste a prononcé un message clair : « Au revoir la Bosnie, bienvenue la sortie de la RS », avec un parallèle voilé entre le Brexit et la séparation de la Republika Srpska. Il a choisi l’anglais pour faire passer plus rapidement son message à l’international.

dodik et vucic sur la photo ig

« Enfin, le peuple décidera. Nous exigerons que le statut de la Republika Srpska soit décidé lors des élections », a déclaré Dodik lors d’une réunion à Belgrade avec le président Vučić, faisant référence à la volonté d’organiser un référendum. Les menaces de sécession du président nationaliste de la Republika Srpska durent depuis des années. L’agenda séparatiste a toujours été à son ordre du jour et est périodiquement évoqué. Mais pourquoi accélérer maintenant ?

Lire aussi  Comment faire pour avoir le livret foncier ?

dodik-republika-srpska

La première mèche remonte à une décision de la Cour constitutionnelle de Bosnie-Herzégovine concernant environ 100 000 hectares de terres agricoles. Selon les juges, ils ne sont pas la propriété de l’entité serbe, mais appartiennent à l’Etat central. Née avec les accords de Dayton, la Cour est composée de deux Croates, deux Serbes et deux Bosniaques, ainsi que de trois juges internationaux. Dodik s’en prend à ce dernier depuis des années, définissant la Cour comme un « tribunal d’occupation » qui interférerait avec l’indépendance des entités de Bosnie-Herzégovine. En signe de protestation, le parlement serbe de Bosnie a décidé de boycotter les institutions fédérales, sans participer aux travaux du gouvernement central.

L’ouverture des négociations d’adhésion de la Bosnie-Herzégovine

Entre-temps, le 21 mars, la nouvelle est tombée que le Conseil européen avait officiellement entamé les négociations pour l’adhésion de la Bosnie-Herzégovine à l’Union européenne, après qu’un groupe de pays, mené par l’Italie, ait intensifié la pression en appelant haut et fort à cette ouverture. La décision des gouvernements du bloc des 27 était peut-être aussi dictée par la nécessité de freiner les pressions sécessionnistes, offrant ainsi un « pas en avant » vers l’entrée dans l’UE. Une avancée appréciée par le gouvernement de Sarajevo, mais que Dodik ne voit pas d’un bon oeil, interprétant l’adhésion comme une nouvelle ingérence. « L’éventuelle imposition de modifications à la loi électorale signifierait l’annulation de toutes les valeurs déclarées jusqu’à présent, y compris celles sur l’UE dont nous avons entendu parler, en particulier récemment, lorsque la Bosnie-Herzégovine a obtenu le statut de négociateur. Alors c’est tout un problème. mentir. Quelqu’un ici raconte un gros mensonge », a commenté Dodik dans un message sur

Lire aussi  jusqu'à quelle heure peut on recevoir un virement

Relations avec Moscou

Les assurances de Bruxelles n’ont pas dissuadé l’homme politique ultranationaliste d’insister sur la tenue du référendum. Dodik, tout comme le président serbe Vučić, compte sur le soutien du Kremlin. Après les attentats islamistes de Moscou, le leader nationaliste serbe de Bosnie a rappelé sa proximité avec le peuple russe. Vladimir Poutine n’a jamais cessé d’entretenir ses relations avec Belgrade, exploitant dans de nombreux cas l’influence de l’Église orthodoxe qui lie les deux pays. Alors que la Commission européenne entend maintenir en vie les accords de Dayton, qui régissent la paix en Bosnie-Herzégovine, Moscou soutient les demandes de Dodik visant à se débarrasser des « ingérences » occidentales. Lors d’une rencontre avec Poutine le 21 février, Dodik a rassuré le président russe en déclarant que la Republika Srpska n’avait pas l’intention de se joindre aux sanctions contre la Russie ni de rejoindre l’OTAN.

Que peut-il se passer les 5 et 6 mai

Les dates clés pour le sort de la Repubblica Srpska sont celles des 5 et 6 mai, comme l’a annoncé Dodik lui-même. Dans un post sur aussi pour préserver la culture commune ». Au message inquiétant de Vučić s’ajoute l’hypothèse que l’annonce de « l’union » entre la Serbie et la Republika Srpska pourrait avoir lieu à ces dates. Et alors les blessures jamais cicatrisées dans les pays de l’ex-Yougoslavie pourraient se rouvrir.

Partagez avec un ami :

Laisser un commentaire